Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Benyounès Bellagnech
  • : Analyse institutionnelle : Théorie et pratique au sein des institutions politiques, éducatives et de recherche. L'implication des individus et des groupes dans la vie politique et sociale.
  • Contact

Recherche

21 novembre 2009 6 21 /11 /novembre /2009 14:32

Mardi 20 novembre 2007


Gabriele Weigand, La passion pédagogique, récit de vie, recueilli et présenté par Remi Hess, Ed Economica, Anthropos, coll. «Education», 2007, 200p.


Je termine ce matin la lecture de ce livre. Je dis à Bernadette que c’est un vrai bijou.


Je pense à Gaby et Remi. J’hésite entre l’envoi d’un message aux deux pour les féliciter ou téléphoner à Remi. En attendant l’envoi d’un message par internet, j’appelle Remi pour lui exprimer ma joie et mon sentiment à l’issue de cette lecture.


Comme c’est le cas des auteurs du livre, je ne peux pas le résumer; eux écrivent qu’ils ne peuvent pas le conclure.


Le livre est une étape, écrivent-ils; pour moi, c’est une somme d’étapes avec un fil conducteur. C’est Gaby. Je vais commencer à la connaître sérieusement.


La méthode utilisée par Remi pour recueillir le récit est impressionnante. Aussi impressionnante la clarté avec laquelle Gaby raconte sa vie et sa pensée. C’est une grande institutionnaliste.


Les grandes figures de l’AI sont essentiellement des hommes. Avec ce livre, nous avons la première grande figure de l’AI qui est une femme.


Benyounès Bellagnech

Mis en ligne par Bernadette Bellagnech

http://lesanalyseurs.over-blog.org

 

Partager cet article
Repost0
20 novembre 2009 5 20 /11 /novembre /2009 16:32

Jeudi 15 novembre 2007,


Remi Hess, Le journal des moments, Section 2, Journaux de voyage, volume 2, Construire l’Europe de l’éducation, Tome 2, Cara Italia, Ed Presses universitaires de Sainte Gemme, coll. «Journal des moments, moment du journal», 2007.


J’ai suspendu Platon de Châtelet pour lire le journal de Remi.


Samedi dernier, je me suis retrouvé seul à la réunion. J’en ai profité pour entamer la lecture de quatre livres à la fois. Des livres nouveaux édités par Remi. Rentrant chez moi, je décide de lire méthodologiquement. Ainsi, je laisse de côté trois ouvrages et je me mets à lire Cara Italia.


Tout d’abord, je remarque le retour de la notion de «capital gens» que je n’arrive toujours pas à accepter. Je commence à me dire s’il ne faudrait pas envoyer une lettre de contestation à Remi. J’attends la fin de la lecture et je m’interroge sur le contexte de cette notion. J’en conclus à la fin qu’il s’agit d’une plaisanterie qui permet d’animer un colloque informel de deux couples.

La plaisanterie s’étale sur un peu plus de cent pages, ce n’est donc plus une plaisanterie, c’est un vrai sujet de méditation. Je souligne le mot capital à chaque fois que je le rencontre et je me rends compte à la fin qu’il est présent dans toutes les pages ou presque.


Je suis embarrassé car si je dois écrire à Remi, il faut que je fasse un travail sur la notion de capital avant d’écrire quoi que ce soit. Comment faire?


En revanche, les deux autres parties du livre sont intéressantes : le colloque de l’AI avec Renato Curcio et le voyage en compagnie de Georges à Lecce.


Benyounès Bellagnech

Mis en ligne par Bernadette Bellagnech

http://lesanalyseurs.over-blog.org

 

 

 

Partager cet article
Repost0
19 novembre 2009 4 19 /11 /novembre /2009 09:39

Jeudi 8 novembre 07

 


Tout en lisant ce livre ce matin, j’ai essayé dans le même temps de travailler sur l’article de l’éducation sentimentale.

 


J’aborde la partie qui traite du fondement de la métaphysique sur l’être à partir du dialogue. Il s’agit selon Châtelet d’une construction dialectique : homme et homme, médiation par le dialogue. Ceci aboutit à la connaissance du vrai.

 


Benyounès Bellagnech

Mis en ligne par Bernadette Bellagnech

http://lesanalyseurs.over-blog.org

Partager cet article
Repost0
19 novembre 2009 4 19 /11 /novembre /2009 09:35

Mercredi 7 novembre 2007


«L’homme est le citoyen du discours»p88. C’est la clé de la partie que je n’arrivais pas à saisir : le double sens du sujet; le sujet, c’est la parole de l’homme qui devient à son tour soumis à sa propre parole.


«On ne trompe pas le discours»p89.


Benyounès Bellagnech

Mis en ligne par Bernadette Bellagnech

http://lesanalyseurs.over-blog.org

Partager cet article
Repost0
18 novembre 2009 3 18 /11 /novembre /2009 15:25

Lundi 5 novembre 2007


Content de retrouver l’habitude d’écrire ce journal. Tout en rédigeant la thèse, je lisais tous les jours, et particulièrement le matin. Ainsi, j’accumule les lectures sans pouvoir décrire ce que je retiens de ces lectures. Quelques exemples d’ouvrages lus entièrement ou partiellement : Le mythe de l’identité, Introduction à la modernité, La fin de l’histoire, Henri Lefebvre et la théorie des moments, Platon


Je dois mettre un peu d’ordre dans mes lectures. Pour ce faire, je dois écrire ce journal tous les jours si cela est possible.


Ce matin, j’ai repris la lecture de Platon de François Chatelet. Je me suis demandé s’il ne faudrait pas commencer un autre journal philosophique cette fois-ci. J’hésite car je n’arrive pas à distinguer entre la philosophie et autre chose, les autres disciplines. En attendant de prendre une décision, je dois terminer la lecture de ce livre.


J’en suis à la page 49. Dans l’introduction, l’auteur explique pourquoi il faut lire Platon aujourd’hui. Dans le premier chapitre, il évoque l’assassinat du philosophe.


Cette mort de Socrate est le résultat de la contradiction au sein de la sophistique. La suprématie de l’individu puissant et ensuite de l’Etat plus puissant. Le chapitre ne se résume pas à ce résultat, il fait état de la genèse et du rôle important de la sophistique dans la Grèce antique de l’époque socratique.


Pour revenir à la dialectique, je souligne page 83 la distinction entre les divergences, les contradictions, les affrontements.


Je viens de lire deux pages 89-90, sans rien retenir. C’est une lecture qui ne sert à rien. Je retourne à la page 88 pour reprendre la lecture et suivre le fil perdu.


Benyounès Bellagnech

Mis en ligne par Bernadette Bellagnech

http://lesanalyseurs.over-blog.org

 

Partager cet article
Repost0
18 novembre 2009 3 18 /11 /novembre /2009 15:21

Mardi 19 juin 2007


Une lecture particulière. A propos de quelle éducation pour l’homme total?


Benyounès Bellagnech

Mis en ligne par Bernadette Bellagnech

http://lesanalyseurs.over-blog.org

 

Partager cet article
Repost0
17 novembre 2009 2 17 /11 /novembre /2009 17:46

Lundi 16 avril 2007


J’hésite entre l’écriture de ce journal et l’écriture du Journal de recherche. La différence entre les deux n’est pas si claire. Ecrire et chercher s’entremêlent parfois. Lire sans écrire ne suffit pas et écrire sans lire non plus. La recherche suppose les deux. C’est la lecture de -Ulrich Müller-Schöll, Le système et le reste, La théorie critique d’Henri Lefebvre, Economica-Anthropos, 2007.- qui induit cette confusion et cette hésitation. En effet, je termine la lecture du livre ce matin. Cela a duré quelques jours, parfois pénibles. Cette lecture s’inscrit dans une démarche globale : La maîtrise de la dialectique et la lecture de l’œuvre d’Henri Lefebvre.


Distinction purement formelle, car l’un ne va pas sans l’autre. Cependant, l’obligation qui s’impose à moi réside dans la production d’un texte (thèse universitaire), dans lequel la dialectique occupe une place importante. D’où l’hésitation entre le Journal de recherche et celui de lecture. Pour trancher, je jette un coup d’œil sur le Journal de recherche. Je me rends compte que j’ai déjà entamé l’écriture sur Phénoménologie de l’Esprit de Hegel dont j’ai déjà lu une centaine de pages. Je me sens obligé de reprendre cette lecture depuis le début. Je me souviens avoir interrompu cette lecture pour terminer l’écriture de l’éditorial pour la revue et du même coup j’ai entrepris la lecture d’Ulrich Müller-Schöll. Cet ouvrage est fondamental pour moi, car je me sens en phase avec la lecture de Lefebvre. J’arrive maintenant à saisir les concepts fondamentaux qui traversent l’ensemble de son œuvre. Ce livre vient combler des lacunes. J’en cite provisoirement une ou deux : La première concerne la discussion de Lefebvre directement ou indirectement avec d’autres penseurs marxistes : Bloch, Lukacs, Marcuse… La deuxième consiste à débattre sur la différence entre Sartre et Lefebvre. Une relecture de cet ouvrage s’impose lorsqu’il faut clarifier tout cela.


Ulrich Müller-Schöll amorce un chantier difficile pour résumer les thèses de Lefebvre. L’auteur lui-même reconnaît la pénibilité, voire l’impossibilité de cette tâche. Mais, il faut lui reconnaître une lecture très fine et détaillée des principaux concepts de Lefebvre.


Je ne sais pas comment les autres lecteurs vont accueillir ce livre, mais en ce qui me concerne, mis à part les reproches que je dois émettre sur la traduction française qui est parfois très approximative, les idées émises par l’auteur sont en revanche très claires. Certes, il faut avoir lu un tant soit peu Henri Lefebvre pour comprendre le livre.


Ce livre m’est doublement utile : pour la recherche et pour l’approfondissement de ma lecture de Lefebvre.


Benyounès Bellagnech

Mis en ligne par Bernadette Bellagnech

http://lesanalyseurs.over-blog.org  

Partager cet article
Repost0
17 novembre 2009 2 17 /11 /novembre /2009 16:18

Ce journal de lecture est la suite d'un premier volume publié dans ma thèse : Dialectique et pédagogie du possible : métanalyse

Voir dans la rubrique Liens colonne de gauche

Benyounès Bellagnech

http://lesanalyseurs.over-blog.org

Partager cet article
Repost0
15 novembre 2009 7 15 /11 /novembre /2009 18:58

Christian Lemeunier invite ses amis

Exposition de peinture Christian Lemeunier

La première évoque le roman éponyme.

 

Du 19 au 23 novembre 2009 «Femme couleur tango»

La seconde retrace l’épopée de l’aéropostal et le lien Toulouse -Buenos Aires


Du 15 au 23 décembre 2009 «Tango postal»


Le vernissage a lieu le vendredi 19 à partir de 17 h.




 
 
Partager cet article
Repost0
14 novembre 2009 6 14 /11 /novembre /2009 16:14

Janusz Korczak en arabe

L'éducation à la citoyenneté
L'expérience de Janusz Korczak


Traduction par Rachid Barhoun du livre Janusz Korczak, L’éducation constitutionnelle, Editions Desclée de Brouwer, coll «Témoins d’humanité», Paris, 1997.
Présentation : Abdallah Saaf
Editions Dossiers pédagogiques, Tétouan, Maroc, 2009.  

Nous avons reçu de la part d'Ahmed Lamihi son ouvrage qui vient d'être traduit en arabe.

C'est un événement pédagogique d'une grande importance. Il permet de mettre une expérience à la disposition des acteurs dans le domaine éducatif et pédagogique, et ce dans des pays où les droits de l'enfant ne bénéficient pas d'une attention particulière.

Comme le souligne Abdallah Saaf, auteur, politologue et ancien ministre de l'Education au Maroc, dans la présentation de l'ouvrage, J. Korczak est l'un des grands éducateurs et penseurs de la pédagogie du XXème siècle. Son intérêt pour les Marocains ne réside pas seulement dans l'importation de ses idées, mais dans leur adaptation avec les spécificités du champ éducatif marocain. Il cite l'exemple des enfants des rues, dont la prise en charge mérite davantage de création et d'imagination. Les éducateurs peuvent y trouver de l'inspiration.

L'auteur de l'ouvrage, Ahmed Lamihi, est chercheur en histoire des idées de la pensée éducative et de la sociologie de l'éducation. Il est professeur des sciences de l'éducation à l'Ecole Normale Supérieure de Tétouan. Il est également le fondateur de la revue Dossiers pédagogiques


L'éducation à la citoyenneté
L'expérience de Janusz Korczak




Ahmed Lamihi est l'auteur de :


La pédagogie expérimentale : Maria Montessori et Ovide Decroly
, coll «Les Cahiers de l’E.N.S.»- n°1, E.N.S., Tétouan, 1993.

 

De Freinet à la pédagogie institutionnelle ou l’Ecole de Gennevilliers, Ivan Davy éditeur, Vauchrétien (France), 1994.


Les pédagogies autogestionnaires, (sous la direction d’Ahmed Lahimi et Patrick Boumard), Ivan Davy éd. Vauchrétien, 1995.


Freinet et l’Ecole moderne, (sous la direction d’Ahmed Lahimi), Ivan Davy éd. Vauchrétien, 1997.


Janusz Korczak, L’éducation constitutionnelle, Editions Desclée de Brouwer, coll «Témoins d’humanité», Paris, 1997.

 
Pédagogie et implication, (sous la direction d’Ahmed Lamihi et René Lourau), coll.«Les Cahiers de l’E.N.S.», n°8, E.N.S.-Tétouan, 1998.


Institution et implication : l’œuvre de René Lourau, (sous la direction d’Ahmed Lamihi et Gilles Monceau), Editions Syllepse, Paris, 2002.

 

 

Benyounès Bellagnech
Mis en ligne par Bernadette Bellagnech

http://lesanalyseurs.over-blog.org


 

Partager cet article
Repost0