Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Benyounès Bellagnech
  • : Analyse institutionnelle : Théorie et pratique au sein des institutions politiques, éducatives et de recherche. L'implication des individus et des groupes dans la vie politique et sociale.
  • Contact

Recherche

7 octobre 2010 4 07 /10 /octobre /2010 15:56

Dans l’avion Amsterdam-Paris, le 16 mai

 

Retour fatiguant de São Paulo. Dans l’avion São Paulo-Amsterdam, un enfant a pleuré tout le temps. Je n’ai dormi que 3 heures. Les 3 heures d’attente pour la correspondance m’ont permis d’écrire 5 pages dans mon journal brésilien (voyage). J’ai été tenté de tirer le bilan de cette expérience.

En travaillant avec Gaby, j’ai pris conscience qu’elle était vraiment une femme «totale». Mais mon amie a décliné cette formule : « Je ne fais pas de musique ! ».

La totalité de l’homme ou de la femme totale implique-t-elle qu’on n’ait aucune faille ? La totalité, dans cette perspective, suppose que l’on développe des virtualités dans les domaines intellectuels, manuels et artistiques.

La question du moment de l’art a intéressé Eulina qui a lu (en portugais) mon article sur la « théorie des moments, expliquée aux étudiants ».

Mon voyage au Brésil se termine par une dissociation linguistique. Lors de ma rencontre avec Joaquim, ce dernier parlait en Brésilien. Il était traduit en Anglais par Samuel… Gaby et moi étions obligés de répondre en Anglais, mais en faisant entre nous des conversations en français, voire en allemand ! L’entrée dans les langues étrangères est une condition de l’homme total.

 

Remi Hess

http://lesanalyseurs.over-blog.org

Partager cet article
Repost0
6 octobre 2010 3 06 /10 /octobre /2010 17:32

Brasilia, hall de l’hôtel Metropolitan, ce jeudi 11 mai

 

Avec Gaby, gros travail intellectuel hier, après un moment de torture psychologique. Nous refondons notre projet d’œuvre commune.

Nous pensons Construction de la personne et théorie des moments. Cela ne devait-il pas plutôt être Théorie de la personne par la construction des moments ? Une théorie de la personne : construction des moments ?

Je présente la notion de champ de cohérence, de communauté de référence et d’équipe de production. Je parle à Gaby de communauté de production ; je ne voudrais pas reprendre le mot « communauté » ici, pour ne pas faire répétition avec communauté de référence.

Groupe est trop large. Duo de production ? Staff de production me plairait bien, mais staff est anglais, Team aussi.

La communauté de référence regroupe les lecteurs nécessaires, entre autres.

Gaby m’a dit qu’elle courait 10 kms, 2 fois par semaine. Je suis jaloux.

 

Remi Hess

http://lesanalyseurs.over-blog.org

Partager cet article
Repost0
4 octobre 2010 1 04 /10 /octobre /2010 09:44

Jeudi 4 mai

 

La présence d’une marxiste, hier, à mon cours (au moins une) m’a poussé vers l’analyse politique. En fin d’exposé, j’étais sur le point d’introduire la notion d’aliénation. H. Lefebvre dans La somme et le reste travaille cette notion qu’il m’a fait découvrir à Nanterre en 1968.

Mon travail d’exploitation de mes moments par le journal est un effort de conscientisation. C’est un travail sur l’aliénation. Certes, en me libérant de certaines aliénations, j’en subis de nouvelles…

Boris Fraenkel s’est suicidé le 23 avril, en se jetant d’un pont de Paris. Cet apatride avait été recruté au département des sciences de l’éducation de Paris 8, à l’initiative de G. Lapassade, soutenu par Patrice, Antoine et moi. Un mois plus tard, il proposait l’exclusion du département de Patrice, Antoine et moi ! Voilà le type de congruence de notre ami ! Il était connu pour avoir publié sous son nom des articles écris et publiés dans Rouge et noir, par Richard Ladmiral. Il avait été le maître en trotskisme de Lionel Jospin. Pour moi, il était l’opposé de l’homme total.

 

Remi Hess

http://lesanalyseurs.over-blog.org

 

Partager cet article
Repost0
3 octobre 2010 7 03 /10 /octobre /2010 11:25

En mémoire de Georges Lapassade

 

La lumière que Georges Lapassade nous a laissée continue à nous éclairer.

Lors de notre café-échange interculturel vendredi 1er août en Belgique, les participants ont choisi comme d'habitude le sujet à discuter. Et celui qui a eu le plus de voix était: « C'est quoi être adulte? ».

Toutes sortes de points de vue ont été échangés. Même trois enfants de 8, 7 et 4 ans se sont exprimés sur le sujet. A la fin, j'ai expliqué la thèse de Georges Lapassade sur l'inachèvement de l'homme que nous découvrons dans son premier livre «L'entrée dans la vie».

Il avait donné une grande importance à notre café-échange interculturel, auquel il avait participé à Paris, et qui était pour lui un bon exemple d'éducation permanente ou d'éducation tout au long de la vie.

Je garderai le souvenir de son extraordinaire présence lors des innombrables dimanches passés chez nous, depuis 2003, avec Catherine Modave et d'autres personnes, et quelques fois chez lui à Saint-Denis. Il appelait ces moments précieux « les conversations du dimanche».

J'ai eu la chance de collaborer à ses derniers cours d'ethnométhodologie et informatique, où participait aussi François-Xavier Lalaison. On y avait beaucoup parlé de Carlos Castaneda, ce qui avait permis à Georges Lapassade d'expliciter sa conception énergétique sur la dynamique des groupes.

Nous avions prolongé ce thème en participant ensemble à une émission de France-Culture sur la vie et l'oeuvre de Carlos Castaneda.

Pendant les vacances qu'il a passé chez nous en Belgique en 2005, il chantait souvent des chansons de la Commune. A cette période, il s'intéressait beaucoup à mon approche «Contact pour la créativité ». Il parlait aussi de l'importance des états de transe comme manière d'élargir notre compréhension de la réalité.

Il est venu à mon anniversaire, le 23 novembre dernier, malgré sa fatigue. Il a chanté Le temps des cerises.

Georges Lapassade a eu une grande influence en Amérique Latine. Depuis l'année 1983, mes étudiants de l'Université Pédagogique de Mexico lisent ses textes traduits en espagnol dans mes cours de pédagogie institutionnelle. J'y cite les livres: « L'entrée dans la vie », «Groupes, organisations, institutions», «L'analyseur et l'analyste», «Autogestion pédagogique», «Socioanalyse et potentiel humain», «La bioénergie», «Clés de la sociologie (avec René Lourau)».

Lors de son séjour à Buenos Aires en 1970, il a participé à un important congrès international d'éducation. Pendant une réception officielle en présence du président du régime militaire de l'époque, il s'approcha d'un piano sur lequel il osa jouer L'Internationale, en surprenant tout le monde. Il posait des actes selon ses idées. Souvent, il surprenait ou dérangeait l'ordre établi.

Lors des dernières visites à Georges à la clinique, avec Catherine Modave, il nous a parlé d'une maison autogérée pour des jeunes. Quelques jours avant, il avait approuvé avec joie mon idée de faire un musée de la dissociation dans sa maison à Saint-Denis: « Bonne idée! Chez moi il y a de l'espace ».

Je voudrais demander à tous ceux qui ont été touchés par sa présence inoubliable de travailler ensemble pour approfondir son oeuvre et ses projets.

 

Rubén BAG , Paris, le 6 août 2008

rubenbag@gmail.com 

http://lesanalyseurs.over-blog.org

 

Partager cet article
Repost0
3 octobre 2010 7 03 /10 /octobre /2010 05:03

Mercredi 3 mai, 11 h 20

 

Sergio me dit que les «marxistes» du département avaient envoyé, hier, un observateur et que son rapport au groupe a dû être «positif», puisque d’autres membres du groupe ont annoncé leur venue pour aujourd’hui.

 

Remi Hess

http://lesanalyseurs.over-blog.org

 

Partager cet article
Repost0
2 octobre 2010 6 02 /10 /octobre /2010 14:36

Mardi 2 mai 2006

 

Le temps passe, j’ai du mal à être sujet de ce qui se passe. Le quotidien est vraiment changé dans une situation de voyage. Je ne suis presque plus sujet. Je suis objectivé par des situations qui s’imposent à moi. Mes moments ne résistent pas à ce flux héraclitéen du quotidien du voyage. Le seul moment que je maintiens est celui du journal de voyage… Comment peut-on survivre à un voyage, quand on ne tient pas de journal ? Le nom des gens, leur adresse, nos conversations avec eux… Comment s’en souvenir ?

J’ai un problème avec la langue Brésilienne. J’y rentre, mais trop lentement à mon gré. Conscience que l’homme total doit parler plusieurs langues. Je prends conscience du fort investissement que j’ai fait en allemand. L’idée de traduire le gros livre de Gaby s’impose à moi, comme une double nécessité : d’abord aider ce livre à trouver son destin sur le plan international, d’autre part marquer une place dans l’histoire des sciences de l’éducation, en me posant comme médiateur linguistique entre l’allemand et le français. Je ne puis faire ce travail, à deux. Comment dégager du temps pour faire ce chantier ? Où s’y ordonner ?

Ici à Maceió, le temps s’est mis à la pluie. J’ai l’impression d’être en meilleure forme physique qu’à mon arrivée. Si hier soir, j’ai été boire une bière avec Sergio, c’est la première depuis mon arrivée au Brésil. Jusqu’à maintenant, j’ai arrêté totalement le tabac (cela risque de reprendre à Brasilia, où Rogerio est un grand amateur de cigares). Je bois de l’eau et un petit peu de lait. Je m’aperçois que le corps doit être un moment important, dans la perspective de l’homme total. D’ailleurs, il me faut réactualiser mon implication dans Corps en mouvement, oublié ces derniers jours.

 

Remi Hess

Http://lesanalyseurs.over-blog.org

Partager cet article
Repost0
1 octobre 2010 5 01 /10 /octobre /2010 17:13

Maceió, lundi 1er mai 2006, le matin

 

Hier et avant hier, j’ai fait un tour à Aracaju, chez Bernard Charlot. J’ai fait une conférence à la fac, dans laquelle je suis conduit à parler de la question de l’homme total. Valieda Anali Da Silva, épouse de Bernard, me dit : «Moi, je suis une femme totale». Je me suis demandé si les femmes peuvent entrer dans le fantasme de l’homme total. Lucette m’a dit qu’elle n’avait pas envie du tout de développer toutes ses dimensions.

Avec Bernard, on reconnaît les moments de Lucette : mère, enseignante, psychanalyste, éditrice, bricoleuse. Exister dans cinq dimensions est déjà énorme.

Chez Charlot, j’ai regardé le traité dirigé par J. Beillerot et N. Mosconi, qui vient de paraître chez Dunod. J’ai eu tort de ne pas noter les références précises. Je voudrais montrer que l’image des sciences de l’éducation que donne ce traité renvoie à une éducation étatique et abstraite. C’est l’inverse de ce qu’a produit Gaby dans L’école de la personne (Schule der Person). J’ai une conscience claire que le seul travail vraiment important à faire aujourd’hui serait de traduire le livre de Gaby en français. Je vais essayer de convaincre mon amie, de faire cela avec moi. Les autres demandent de l’argent pour faire cet immense chantier… C’est une bureaucratie pas possible… En fait, il ne faut pas attendre. Rogerio, Vito pourraient traduire le livre dans leur langue, mais à partir du français. Ce livre est l’antidote de l’ouvrage de Beillerot qui tombe des mains.

On sent que c’est un traité d’hommes et de femmes qui ne connaissent pas les enfants concrets.

 

Faire un livre sur l’homme total, c’est indiquer une perspective pour l’éducation.

 

17 h 30

 

Cet après-midi, Pierre m’a proposé de peindre chez lui :

- Si vous avez du temps cette semaine, n’hésitez pas à venir peindre. J’ai des toiles, des couleurs. Laissez aller votre imagination. Si ce que vous faites a de la valeur, dans cent ans, ce que les gens reconnaîtront c’est un souffle, une intuition, une création.

 

Remi Hess

http://lesanalyseurs.over-blog.org

 

 

 

Partager cet article
Repost0
30 septembre 2010 4 30 /09 /septembre /2010 10:51

Maceió, le vendredi 28 avril 2006, 11 h 40

 

Je n’ai pas eu le temps d’avancer ma lecture de Jean-Louis Servan-Schreiber, l’art du temps, le secret des hautes performances, Fayard, 1983. Ce livre, malgré ses limites, me fait réfléchir à la gestion du temps dans la vie de l’homme total. Marc-Antoine Jullien est quelqu’un qui va plus loin dans cette méditation, car il propose des outils concrets, (ce que ne fait pas Jean-Louis).

 

Remi Hess

http://lesanalyseurs.over-blog.org

 

Partager cet article
Repost0
29 septembre 2010 3 29 /09 /septembre /2010 22:06

Université de Recife, 10 h 30

 

J’écoute l’exposé de Roberto Sidney Macedo. Rogerio Cordova est à ma droite, Sergio à ma gauche. Je suis heureux. Je viens de me lever pour faire une photo de Roberto. Cela a marché : tant mieux !

Roberto parle maintenant de l’instituant et de l’institution. Je ne comprends pas tout, mais déjà beaucoup. Roberto cite maintenant Sergio Borba, qui salue la salle.

Ce colloque national (3000 participants) regroupe des intervenants de tout le Brésil. L’Ensipe est orientée vers la formation des enseignants : didactique et sciences de l’éducation.

Rogerio sort mon "Que sais-je ?" L’AI. Il l’a acheté dans une librairie d’Amérique latine. Il me demande de lui dédicacer. C’est vrai qu’à Brasilia on va surtout travailler sur l’AI. C’est bien qu‘il relise les classiques.

R. Macedo a le projet d’un livre l’ethnométhodologie chaude. J’aimerais bien le publier.

 

Remi Hess

http://lesanalyseurs.over-blog.org

 

Partager cet article
Repost0
28 septembre 2010 2 28 /09 /septembre /2010 09:41

 Bonjour


Comme chaque année TRACE et ses Ateliers des Ecritures  font leur rentrée.


 Nous vous rappelons qu'une première séance découverte est proposée SAMEDI 25 SEPTEMBRE de 15 h à 17h30. 


 Une autre session découverte peut être envisagée pour le  lundi 27 au soir de 18h30 à 21h selon le nombre de
 personnes intéressées par cet horaire.


 Les ateliers débuteront le 9 octobre.


 Ils sont prévus tous les quinze jours soit le samedi  (15h-17h30 ou 18h-21 h) soit le Lundi soir (18h30- 21h), à  condition, bien sûr, que des groupes d'au moins 5 personnes (au plus 8) se constituent.


 Pour tous les détails voir le site : atelierdecritures.org


 
 Vous êtes les bienvenus ce samedi, aux ateliers, qui ont  déménagé au 62 rue de la Liberté, à Vincennes, M° Château de  Vincennes.


 Merci de prévenir par mail ou téléphone si vous pensez venir.


Christine Campini

christinecampini@yahoo.fr

Partager cet article
Repost0