Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Benyounès Bellagnech
  • : Analyse institutionnelle : Théorie et pratique au sein des institutions politiques, éducatives et de recherche. L'implication des individus et des groupes dans la vie politique et sociale.
  • Contact

Recherche

4 mars 2013 1 04 /03 /mars /2013 10:51

Message d’Armand Ajzenberg 

Date : 24/02/2013

Sujet : INFORMATION

 

Une suggestion : trouveriez-vous intéressant d’échanger les informations concernant la publication de nos/vos livres à l’exemple de Sabine Morgan, début février (L'état de stress post-traumatique : diagnostic, prise en charge et réflexions sur les facteurs prédictifs) ? peut-être aussi aimeriez-vous signaler un livre intéressant ? ce que je ferais aujourd’hui avec celui, récent, de Zeev Sternhell : Ni droite ni gauche, l’idéologie fasciste en France.

 

Mais d’abord, deux courriers reçus à propos de L’abandon à la mort… de 76 000 fous par le régime de Vichy.

 
1 - de Zeev Sternhell justement, historien israélien : 

« Merci infiniment de ces précisions sur l'extermination de personnes mentalement handicapées sous Vichy. Je garde précieusement ce matériel pour l'avenir. Dans le nouveau chapitre IX de Ni Droite (Folio) je traite d'ailleurs de la question de l'oubli érigé en vertu par le biais des rapports entre Raymond Aron, Carl Schmitt et Fabre-Luce ».

 

2 - de l’historienne française, Rita Thalmann : 


« Votre texte m’a rappelé bien des souvenirs dont celui, il faut le reconnaître d’un échec. Même certains de mes adversaires dont Éric Conan, Henry Rousso et Denis Peschanski, qui nous traitaient d’obsédés de la mémoire sont désormais à l’honneur… 
[…] Je serais par contre moins catégorique que vous pour Isabelle von Bueltzingsloewen. Même si elle a indéniablement subi à l’époque l’influence de l’Institut d’Histoire du Temps Présent, elle a fait une recherche honnête sans en tirer les conclusions qui s’imposaient » (souligné par Rita Thalmann). « J’ai eu l’occasion de la rencontrer chez moi assez longuement pour lui parler notamment du cas de notre mère, morte d’une pneumonie fulgurante (sous-alimentation et froid) à la Chartreuse de Dijon où elle était internée après le choc consécutif à l’arrestation dès 1939 de notre père. [… ] Elle m’a offert le rapport du médecin-chef de la Chartreuse décrivant la …. (mot non identifié, sa lettre étant manuscrite) élémentaire et les conditions désastreuses des traitements, mais ne m’a pas … (idem, mot non-identifié) dans mon raisonnement sur la volonté du gouvernement de Vichy de se débarrasser de « fardeaux inutiles ». Après tout, la plupart des Français ont du mal à admettre la responsabilité nationale en la matière »…


RETOUR SUR LE LIVRE DE ZEEV STERNHELL. Rarement livre aura à ce point été au cœur de tous les grands débats historiographiques, intellectuels et politiques depuis sa première parution en 1983. Il s'est imposé comme une des références majeures pour l'histoire du fascisme et de la catastrophe européenne du XXe siècle. De quoi s'agit-il ? Enfermés dans le schéma des trois droites (légitimiste, orléaniste, bonapartiste), nombre d'historiens soutenaient que la France avait été, par sa culture républicaine, rationaliste, universaliste et humaniste, immunisée contre le fascisme ; en sorte que le régime de Pétain, appuyé sur l'Action française, était un ultime sursaut de la droite légitimiste. Zeev Sternhell fait exploser littéralement ce mur de l'oubli. D'abord, en révélant l'existence en France dès le XIXe siècle d'une droite révolutionnaire, organiciste, particulariste, irrationaliste, antidémocratique et antihumaniste. Puis, en mesurant l'ampleur, dans l'entre-deux-guerres, de la contamination des intellectuels - quand bien même l'occupation nazie en fera basculer plus d'un dans la Résistance - par cette droite révolutionnaire et sa révolte contre la République et la démocratie. Vichy, régime à beaucoup d'égards plus brutal et sanguinaire que le fascisme italien, est un pur produit de l'histoire nationale. La guerre froide et l'enrôlement des intellectuels dans les deux camps effaceront chez les uns le souvenir des ces textes, voire blanchiront d'authentiques collaborateurs en penseurs libéraux. On trouve un résumé, de l’ouvrage, sur le site de la librairie DECITRE : (http://www.decitre.fr/livres/ni-droite-ni-gauche-9782213606392.html).

 

Autre analyse intéressante :

http://blogs.mediapart.fr/edition/bookclub/article/130213/cerner-le-fascisme-la-francaise 

Sur le 1er site cité, on trouve aussi, même problématique que le livre de Zeev Sternhell, L’abandon à la mort… de 76 000 fous par le régime de Vichy (http://www.decitre.fr/livres/l-abandon-a-la-mort-9782336006239.html). Cette histoire est celle d’un « oubli idéologique revendiqué », bref d’une « censure », c’est le mot utilisé après la guerre par le psychiatre Lucien Bonnafé. Oubli revendiqué, s’agissant de la complicité de crimes du régime de Vichy, par nombre de présidents de la République : Pompidou, Mitterrand notamment. Tabou brisé, s’agissant de l’abandon à la mort des fous par le régime de Vichy, en 1987 avec la publication de L’extermination douce de Max Lafont, lui aussi psychiatre. Puis silence et oubli sur cette «chose» reprirent le dessus.

 

Ils furent à nouveaux rompus par la réédition en 2000 du livre de Max Lafont et le lancement, à la même période, d’une pétition demandant la reconnaissance par le Chef de l’État des faits et, surtout, la caractérisation des responsabilités dans l’abandon à la mort des fous. C’est alors qu’une historienne, ISABELLE VON BUELTZINGSLOEWEN, entrepris en 2001 sa recherche. L’annonçant à cette date, elle en annonçait en même temps sa conclusion : Vichy, pas responsable de ces morts là. Tout juste reproche-t-elle, dans son livre, à Vichy d’avoir « en faisant le choix de la collaboration, […] fait celui de céder aux exigences grandissantes de l’occupant nazi qui a pu organiser le pillage systématique du pays pour soutenir son effort de guerre. Et donc prit le risque de compromettre la survie, d’une partie de la population française » (p. 129 de son livre, L’hécatombe des fous). Il s’agit là, pour une historienne, d’une naïveté incroyable, mais il est vrai qu’il lui fallait conforter son postulat de départ. À LA SORTIE DE SON LIVRE, EN 2007, SON OUVRAGE FUT LOUÉ PAR TOUTE LA PRESSE, DE L’HUMANITÉ À RIVAROL, EN PASSANT PAR LE MONDE, LIBÉRATION, L’EXPRESS, ETC. CE QUI EXPLIQUE PEUT-ETRE LE SILENCE DES MÊMES À PROPOS DU MIEN… ET PLUS ENCORE À PROPOS DE LA « CHOSE » ? « APRES TOUT, LA PLUPART DES FRANÇAIS ONT DU MAL A ADMETTRE LA RESPONSABILITÉ NATIONALE EN LA MATIÈRE » (RITA THALMANN). 

À vous lire, donc.

 
Armand Ajzenberg

 

L’ABANDON A LA MORT

 
QUELQUES SITES À CONSULTER

 

-http://alencontre.org/europe/france/labandon-a-la-mort-de-76000-fous-par-le-regime-de-vichy-un-detail-de-lhistoire.html 

-http://entreleslignesentrelesmots.wordpress.com/2012/10/24/labandon-a-la-mort-de-76-000-fous-sous-le-regime-de-vichy-reponse-a-quelques-historiens-qui-le-nient/ 

-http://lesanalyseurs.over-blog.org/article-parution-armand-ajzenberg-l-abandon-a-la-mort-de-76-000-fous-par-le-regime-de-vichy-extrait-111711259.html 

SI VOUS TROUVEZ UN INTERET À CE COURRIER, POURQUOI NE PAS LE DIFFUSER À VOS PROPRES CONTACTS ?

 

 

http://lesanalyseurs.over-blog.org

Partager cet article
Repost0

commentaires