Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Benyounès Bellagnech
  • : Analyse institutionnelle : Théorie et pratique au sein des institutions politiques, éducatives et de recherche. L'implication des individus et des groupes dans la vie politique et sociale.
  • Contact

Recherche

26 octobre 2009 1 26 /10 /octobre /2009 22:29

Vendredi 23 janvier 2009


Nietzsche traite ici de la classe ouvrière en tant qu’esclavage moderne dans lequel le moi disparaît au service de la machine. Il prône la colonisation et l’aventure et si les travailleurs manquent en Europe, il faut aller les chercher en nombre en Asie où les Chinois sont habitués à travailler comme des fourmis. Un peu de ténacité asiatique.


Attaque en règle du socialisme, nouvelle forme de la croyance. Nietzsche l’estime sans avenir, un accident nécessaire au prix de vies humaines.


Pages 502-503 et 504, Nietzsche donne son point de vue sur l’Etat. «C’est le plus froid de tous les monstres froids. Il ment froidement, et voici le mensonge qui rampe de sa bouche: ’Moi l’Etat, je suis le Peuple’»p502.


Sous le titre religion et gouvernement, Nietzsche parle exactement du lien entre l’Etat et la religion, l’un ne va pas sans l’autre. Il développe l’idée, selon laquelle le dépérissement de la religion mettra en crise l’Etat. Cette forme «d’organisation», compte-tenu de l’histoire de l’humanité est intervenue après la famille et la race, elle perdra de son influence comme les formes précédentes. Que se passera-t-il donc après? Nietzsche se garde de répondre à cette question. «Faisons donc confiance «au bon sens et à l’égoïsme des hommes» pour laisser subsister l’Etat encore un bon bout de temps et parer aux tentatives destructrices de certains, trop zélés et trop pressés avec leur demi-savoir»p509.


Benyounès Bellagnech

Mis en ligne par Bernadette Bellagnech

http://lesanalyseurs.over-blog.org

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires