Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Benyounès Bellagnech
  • : Analyse institutionnelle : Théorie et pratique au sein des institutions politiques, éducatives et de recherche. L'implication des individus et des groupes dans la vie politique et sociale.
  • Contact

Recherche

23 décembre 2011 5 23 /12 /décembre /2011 10:59

Réapparition du discours et de la construction du sens

 

18/01/2011 6 h 13

 

Voilà, je viens de finir de travailler sur les séquences 4 et 5 de discours et construction du sens.

Ce cours est vraiment bien fait, passionnant et très utile pour théoriser/conceptualiser ce qui se passe au niveau du discours dans un entretien.

J'ai pris des notes sur mon cahier et l'idéal serait que je les retranscrive sur ce journal mais je n'ai pas assez de temps. Il me reste encore une séquence à voir et le texte à analyser doit tomber aujourd'hui. Peut-être arriverai-je finalement à le passer. Et peut-être le valider?

Brièvement quand même......

 

Séquence 4 : « Vérité ou opinion personnelle? Dans quel contexte est valable ce qui se dit ? »

Cette séquence a été difficile à comprendre et j'ai du m'y remettre à plusieurs reprises. Elle évoque la question des embrayeurs qui permettent de relier l'énoncé au contexte extra discursif, en fait, ils lient le discours aux faits qui la conditionnent. Ce sont les pronoms personnels de la première et deuxième personne (je, tu, nous, vous), les adjectifs possessifs leur correspondant, les pronoms démonstratifs, les adverbes et locutions de localisation (ici, à gauche) ou temporels (demain, il y a 100 ans). Ces deux dernières catégories sont appelées déictiques lorsque qu'elles renvoient à une situation de contexte du discours (hors discours). Ils sont appelés références anaphoriques (avant) ou cataphoriques (après) lorsqu'elles renvoient au co-texte c'est à dire à une information qui se trouve à l'intérieur du discours et non à l'extérieur (contexte).

On peut classer les genres discursifs en fonction de leur utilisation ou non de déictiques. Benveniste différencie le discours (sphère personnelle) et le récit (sphère historique, littéraire). Cela joue sur la perception d'objectivité du discours. Cependant, à l'intérieur d'un même discours, il peut y avoir un mélange et dans ce cas, on opèrera une division entre discours embrayé et discours non embrayé.

L'utilisation de temps particulier peut aussi influencer sur la perception de l'énoncé (passé composé/passé simple).

 

Séquence 5 : « Sur ce qu'on est induit à dire et sur ce qu'on est induit à comprendre »

 

Cette séquence est beaucoup plus aisée à comprendre et je crois que mon utilisation fréquente des techniques d'entretien et les transgressions de règle du discours opérés par les patients en psychiatrie, m'ont déjà beaucoup sensibilisé à cette question.

 

Il est dit dans cette séquence que les règles du discours sont pour la plupart apprises inconsciemment.

Le principe général du discours, c'est la coopération caractérisé par le fait que celui qui parle et celui qui écoute sont dans une relation d'interdépendance. Les principes généraux sont :

- la loi d'exhaustivité (bonne mesure),

- la sincérité,

- la pertinence,

- la modalité.

 

Ne pas respecter ces règles ne signifie pas qu'elles n'existent pas, cela signifie que soit un effet est recherché par celui qui tient le discours, soit il va avoir un effet non recherché chez celui qui l'écoute.

 

Il existe des implications conversationnelles :

- les présupposés (Paul a cessé de boire) et

-les sous-entendus.

 

Goffman dit que le discours établit les règles sociales et qu'un jeu se joue entre défendre son territoire et se valoriser, se faire reconnaître (ethos/mise en scène de soi).

 

Hier soir Remi Hess a mis en ligne un message sur le forum de psychosociologie concernant ce qui se passe en Tunisie. Il se demande pourquoi cela ne pourrait pas avoir lieu en France, vu la crise financière de 2008 et le fait que les banques ont continué à se goinfrer après. Il dit que l'éducation tout au long de la vie ce peut être aussi une bonne révolution.

 

Je voulais répondre et je ne l'ai pas fait, je n'ai plus envie de m'exprimer dans ce cours. J'avais envie de dire qu'effectivement, il n'y a pas pour moi de plus jolie musique que celle de la parole sociale libérée, que le fait même qu'elle s'exprime est déjà un changement profond.

 

Hélène M.

http://lesanalyseurs.over-blog.org

Partager cet article
Repost0

commentaires