Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Benyounès Bellagnech
  • : Analyse institutionnelle : Théorie et pratique au sein des institutions politiques, éducatives et de recherche. L'implication des individus et des groupes dans la vie politique et sociale.
  • Contact

Recherche

18 décembre 2011 7 18 /12 /décembre /2011 11:30

Accélération

 

14 h18

 

Les messages de L., E. et E. m'ont reboostée. J'avais l'impression que je ne pourrais valider aucune matière à ce premier semestre et puis, elles me disent le contraire, m'encouragent. Ce petit groupe du journal appliqué est vraiment dynamisant, encourageant. Je pense que si nous ne pouvons le garder au deuxième semestre, je demanderai au regroupement du 29 si nous pouvons en créer dans les autres matières.

Du coup, et vu que le médecin m'a finalement fait un arrêt de 3 jours (en comptant le lundi), je me dis que je vais essayer de rattraper un peu de retard en psychosociologie, ça me changera de Lapassade et des Grandes figures. Je m'attaque donc au Chapitre 4.

 

Chapitre 4 / Trois méthodes : l'entretien, l'intervention, l'observation participante.

 

1) L'entretien :

Cette partie fait référence à l'ouvrage de Kahn et Cannel (1).

Il est fait mention de l'importance de prendre en considération certaines notions générales telles que la motivation (affichée, dissimulée), le but, de chemin et de barrière (comment arriver à un but sans dévoiler la réelle motivation), le conflit, les mécanismes de défense (la rationalisation).

La motivation à répondre peut être due à une raison extrinsèque (en parlant à l'enquêteur on pense parler à l'institution) ou intrinsèque (relation interpersonnelle qui s'établit avec l'enquêteur. Elle est facilitée par l'attitude non directive de l'enquêteur (intérêt pour la personne, la permissivité, la liberté de l’interviewé).

Les conditions de l'entretien jouent un rôle déterminant (demande ou convocation de la personne).

La conduite de l'entretien nécessite une formation théorique mais surtout pratique destinée à prendre conscience de l'importance des attitudes (différences entre attitudes approbatives, autoritaire, de compréhension) de l'enquêteur sur la réponse de l'enquêté.

 

En tant qu'assistante sociale, j'ai été formée aux techniques d'entretien et elles sont le fondement de mon travail quotidien. Elles revêtent une importance fondamentale dans les entretiens menés en psychiatrie, car s'ajoute la dimension pathologique. Exerçant dans un service de psychiatrie sous contrainte avec des personnes en crise ou venant juste d'en sortir, l'entretien doit être ciselé et adapté à la pathologie de la personne. Les conséquences d'un entretien peuvent être dramatiques, suicide ou violence, d'où la nécessité de rendre compte de ce qui s'est passé à l'équipe infirmière. Ce sont des entretiens qui nécessitent une forte concentration et tous les personnels de ce service ont reçu une formation particulière à l'entretien en situation de crise.

Pendant 2 ans j'ai mené des ateliers de technique d'entretien dans un centre de formation.

Essentiellement basé sur des jeux de rôle, j'y développais quelques notions (2):

 

- l'interaction : dès que deux personnes sont en présence, elles interagissent. On peut en dresser une typologie : - digitale (mots) et analogique (gestes, para langage verbal, mimiques, postures, regard, utilisation de l'espace, manifestations neuro-végétatives); - de confirmation (reconnaissance de ce qui est dit et de ce qu'est l'interlocuteur), d'infirmation; - de tangentialisation (réponse qui ne prend pas en compte ce qui a été dit), de disqualification (réponse où la proposition initiale est déformée au profit du désir de celui qui répond), de mystification (faire croire à l'autre qu'il a dit des choses qu'il n'a pas dite)

 

- la dynamique des interactions : - complémentarité (stabilité des statuts par exemple

dominant/dominé) ; - symétrique (surenchère des réponses successives).

 

- la dynamique des attitudes : exposées par Carl Rogers et redeveloppées par Elias Porter. – attitude d'évaluation (jugement bien/mal qui provoque des blocages), - attitude directive (donner des ordres, orienter entraîne la dépendance), - attitude de support (encourager, soutenir mais à limiter aux situations de difficultés particulières sinon elles provoquent la dépendance), - attitude d'élucidation (questionnement, silence), - attitude d'interprétation (explication de façon personnelle de ce que l'autre vient de dire de manière affirmative (à éviter) ou interrogative), - attitude de compréhension (répétition, reformulation).

 

- Les variables sociales qui interfèrent sur la conduite d'entretien : le rôle et statut social, les préjugés et les stéréotypes.

 

- Les variables psychologiques ou psychosémantiques : - effet halo (raisonnance symbolique d'un mot qui peut déclencher un blocage), - le poids des mots (notamment ceux qui marquent l'écart à la norme sociale), - l'ordre des mots (les premiers sont sur valorisés).

 

La formation à l'entretien porte sur : l'écoute, l'empathie, la congruence, les différentes formes de questions, la gestion des silences. Dans l'entretien en relation d'aide, s'y rajoutent : - l'évaluation et la hiérarchisation des besoins, des ressources de la personne et de son milieu, la compréhension du problème dans les termes exprimés par la personne, favoriser le développement de compréhensions nouvelles.

 

Ces éléments sont la base de la technique d'entretien, cependant d'autres approches les ont développées sous un jour légèrement différent, notamment les approches systémiques ou de thérapies brèves centrées sur la solution. Dans le premier des cas, les interventions digitales portent sur la méta-communication et dans le second sur l'écart entre ce qui est vécu et ce qui est souhaité/réalisable.

 

J'ai testé par ailleurs la technique de l'entretien clinique à visée de recherche (3) dans le cadre de ma formation de formateur de terrain. Dans ce cadre, avant l'entretien, il y a une sorte de mise en évidence de nos à-priori sur le sujet de l'entretien non pour les nier mais pour en prendre conscience. Il y a ensuite un travail important sur la rédaction de la consigne qui sera soumise à l'interviewé, un entretien mené uniquement à partir de reformulation ou de silence afin d'éviter d'orienter le discours et puis une retranscription assez particulière, sans ponctuation, les silences étant marqués par des / (plusieurs / si le silence est long) le volume de la voix est signifié par la taille du texte et les mots ou syllabes appuyés sont mis en gras, les onomatopées sont retranscrites.

 

Exemple (4) :

 

interviewer : j’aimerais que vous me parliez de ce qui vous a amené à être professeur

interviewé : alors ce qui m’a amené à être professeur pfu ya / /ben pour moi je peux pas dire qu’il y a une vocation heu / j’ veux dire/ une vocation heu / terrible / pour être enseignante heu / dès mon plus jeune âge en fait / c’est les études qui m’y ont poussée / donc j’ai fait des études littéraires euh // et une fac d’histoire / et puis les années passant le deug la licence, la maîtrise, etc. je me suis embarquée dans le capes l’agrégation // mais cherchant à chaque fois un peu des // comment dire // des voies p’t’être différentes me posant la question de savoir si l'enseignement euh/c’était vraiment fait pour moi ou pas si j’étais vraiment faite pour ça / ben finalement heu / par élimination à chaque fois je me trouvais un peu heu dans la voie à (rire dans la voix) / à aller jusqu'au bout et puis à enseigner et puis après // l'année de stage/ les premières années ça a été difficile mais bon /// ben j'y ai pris goût quoi / mais c’est pas (traîne sur le a) c'est pas (traîne sur le a) / j’ai pas rêvé de ça (traîne sur le a) toute petite /

interviewer : hum hum

interviewée : j'ai pas fait mes études pour pour enseigner ////////

 

Cependant, la technique d'entretien varie en fonction du type de recherche (qualitative ou quantitative) menée et du moment dans lequel se trouve le chercheur (5).

L'entretien est différent si l'on est en début de recherche (utilisation d'entretien non directif) ou en fin de recherche (ils pourront être plus ciblés).

 

(1) R. Kahn, Ch. F. Cannel, The dynamics of interviewing, theory and cases, John and Wiley sons.

 (2) Synthèse ayant été établie à partir des ouvrages suivants : Gilbert, Mury, Introduction à la non directivité, Jacques Salomé, Relation d'aide et formation à l'entretien, Luc Tremblay, Développer les compétences pour mieux aider, Antoine Bioy & Anne Maquet, Se former à la relation d'aide, Joëlle Garbarini, Former à la relation d'aide en travail social, R Muchielli, L'entretien de face à face dans la relation d'aide. Paul Fustier, Le lien d'accompagnement entre don et contrat salarial.

(3) M. F. CASTAREDE, l'entretien clinique à visée de recherche, in L'entretien clinique sous la direction de Colette Chiland, Puf, Le psychologue.

(4) Entretien mené dans le cadre de la formation formateur de terrain, Ifsy, Versailles, en collaboration avec Paris 10. Cours de Catherine Yelnick, approche clinique de la relation pédagogique. 2006.

(5) M. F. Castarede, p 120.

 

Hélène M.

http://lesanalyseurs.over-blog.org

Partager cet article
Repost0

commentaires