Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Benyounès Bellagnech
  • : Analyse institutionnelle : Théorie et pratique au sein des institutions politiques, éducatives et de recherche. L'implication des individus et des groupes dans la vie politique et sociale.
  • Contact

Recherche

29 mars 2010 1 29 /03 /mars /2010 09:15

Chemin écrivant


Mercredi 24 mars 2010


Après une longue hésitation, je vais me lancer dans l’écriture pour le forum des diaristes. La semaine passée, je voulais intituler cette intervention hebdomadaire : les diaristes enquêteurs en développant l’idée que le journal est un outil d’enquête au jour le jour. Je ne renonce pas complètement à cette idée, mais je suis obligé de la suspendre pour un temps. Pourquoi ?


Jeudi 18 mars, Catherine poste son texte Sur l’écrire et après l’avoir lu et relu je me suis demandé s’il ne fallait pas écrire sur les diaristes « jouisseurs » en pensant à Lourau qui a dit : « la sociologie me fait bander ». Remi rappelle souvent cette anecdote en disant que le propos est excessif, ce que je peux comprendre. Catherine dit que l’écriture du journal est à la fois jouissive et douloureuse, deux sentiments en apparence contradictoires, mais bien liés et l’un ne va pas sans l’autre.


L’intervention de Catherine fait suite aux textes de Laure et Maryna qui expliquent qu’elles commencent à orienter leurs journaux vers une éventuelle recherche : pour la première sur la petite enfance et la seconde dans le cadre d’une équipe professionnelle. Loin de moi l’envie d’isoler ces textes de leur contexte plus large, mais il s’agit de suivre une piste pour pouvoir exprimer mon point de vue sur ce que j’ai lu.


Je m’associe aux remerciements de tous les intervenants à Catherine, laquelle a réussi à enclencher un rythme soutenu pour le forum, confirmant ainsi notre approche de l’auto formation dans laquelle le groupe joue un rôle majeur. En effet, une alchimie est en train de se constituer entre les membres du groupe participant à ce forum sur la pratique du journal.


Vendredi 19 mars, je devais recevoir chez moi Armando Zambrano, professeur à l’université Santiago de Cali (Colombie), lequel avait choisi avec raison d’assister à la soutenance de thèse d’Assane Diakhate, thèse qui porte sur la pédagogie des grands groupes au Sénégal. Armando est finalement venu le lendemain. Nous avons, avec lui et Pierre un ami, discuté toute l’après-midi de la thèse d’Assane, de l’éducation en France et en Colombie. Nous avons également évoqué la situation politique en Colombie et ses répercussions sur le champ éducatif dans ce pays. Armando m’a dédicacé le livre qu’il vient de publier en espagnol [Armando Zambrano Leal, Philippe Meirieu, Pedagogo, Aprendizaje, filisofia y politica, Ed. Maestria en Educacion superior, USC Universidad Santiago de Cali, Coleccion conceptos, Saberes y Educacion Superior, Cali, 2010]. Ce livre est la traduction espagnole de la thèse d’Armando, soutenue sous la direction de Remi Hess en 2008.     


Philippe Meirieu fait l’actualité suite au score réalisé par la liste Europe écologie qu’il a conduite dans le Rhône. Cette actualité remet sur la table la relation entre la politique et la pédagogie. Avant de se quitter, nous avons convenu de davantage de collaboration, notamment à travers le blog «lesanalyseurs.over-blog.org » et la revue en ligne que dirige Armando et qui en est à son troisième numéro. Elle est accessible en passant par le blog (colonne Liens). Revista Colombiana de educacion superior, pour ceux qui peuvent lire en espagnol.


Il faut remarquer que je fais allusion aux travaux des amis étrangers, c’est une manière de s’ouvrir sur ce que font les autres, car l’universalité de la recherche en Sciences de l’éducation est une donnée qui ne doit pas être à mon sens négligée, afin d’éviter un tant soit peu l’égocentrisme qui guette et menace toute approche unidimensionnelle et monolingue.


Dimanche et lundi, je me suis contenté de suivre l’actualité et les élections régionales dans le cadre de la recherche-action dans ma ville.


J’essaie d’être à jour par rapport au forum des diaristes. Sa lecture quotidienne me conduit à m’intéresser aux autres forums pour essayer de comprendre ce qui est demandé aux étudiants de licence en ligne et d’évaluer leur capacité de réaction, compte tenu, et du travail universitaire exigé, et de leur préoccupation de la vie quotidienne. Ce dernier point traverse les journaux et les questions posées dans les contributions. Cela donne lieu à plusieurs interrogations qui méritent des réponses. J’ai une confiance sans limite dans la capacité de chacun des membres de ce groupe à apporter des réponses aux différentes questions posées.


Ma relecture du mercredi 24 mars me pousse à noter dans mon cahier pédagogique : Laure fait le choix de travailler sur la petite enfance. Maryna tient un journal de bord personnel sur le travail d’équipe dans son domaine professionnel. Lucia revient sur la notion de l’en commun. Catherine explique qu’écrire le journal est douloureux et jouissif à la fois. Elle distingue entre l’écriture du journal dans l’intimité et l’écriture du journal avec une certaine liberté. Noémie souligne que le message de Catherine donne envie d’écrire. Sabrina parle de l’écriture reliance en faisant allusion à René Barbier. Emilie évoque l’écriture des moments. Elisa écrit le journal destiné à un prof virtuel. Malika pointe la dispersion. Il existe le terme de dissociation qui éclaire davantage cette situation. En effet, nous sommes tous dissociés, mais le fait de prendre conscience de la dissociation permet d’en faire un avantage ou un départ positif. Laure tente de rassurer Malika. Il faut ajouter la multidisciplinarité. Malika évoque le renoncement et Catherine l’encourage à être elle-même et à adopter la démarche qui s’impose. Après réflexion, Malika se remet à l’écriture. Théano dit à Malika : « écris, écris ! ». Estelle dit qu’elle lit le forum depuis le début et estime que le journal est un mode de questionnement sur le journal de recherche. Yann prend la bonne décision face aux demandes diverses des enseignants et évoque par ailleurs des difficultés surmontables à travers l’écriture d’un seul journal ou de journaux différents.


Loin de résumer toutes les interventions, ces notes démontrent la dynamique et la rapidité avec laquelle les membres réagissent aux différentes questions posées par les uns et les autres. Je n’ai pas grand-chose à ajouter pour l’instant.


J’ai conclu l’intervention précédente par des indications bibliographiques ; j’imagine que dans tous les cours on propose une bibliographie. Je précise qu’il ne s’agit que d’indication, ce qui veut dire libre à chacun de choisir sa lecture en fonction de ses choix et de ses goûts ou préoccupations. Je suis adepte de la multiplicité des références et j’apprécie les intervenants qui donnent des indications sur ce qu’ils lisent. Cela aide à nous situer dans un champ de référence et facilite les échanges d’informations entre les participants au forum.


A propos du sujet initié par Noèmie : journal de recherche : question « pratique » je vous invite à consulter l’article : Du journal de lecture au journal de recherche, que je mets en ligne sur le blog : lesanalyseurs.over-blog.org (en trois parties).


Merci à tous pour cet extraordinaire travail de groupe


Benyounès Bellagnech
http://lesanalyseurs.over-blog.org
 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires