Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Benyounès Bellagnech
  • : Analyse institutionnelle : Théorie et pratique au sein des institutions politiques, éducatives et de recherche. L'implication des individus et des groupes dans la vie politique et sociale.
  • Contact

Recherche

10 février 2009 2 10 /02 /février /2009 17:40

L’Analyse Institutionnelle au Brésil

Ouvrage collectif coordonné par Lucia Ozorio

Paris, Editions AISF, coll. Transductions, 2005, 202p.


 

           Ce livre a sa genèse dans le Colloque Georges Lapassade, lorsqu’en janvier 2002, l’Université de Paris 8 s’est intéressée à son histoire et a demandé à Remi Hess d’organiser une rencontre autour de l’œuvre de G. Lapassade. Ce dernier a exprimé, à son tour, son désir d’évaluer le mouvement qu’il a contribué à créer. Lucia Ozorio a été invitée à parler des séjours de Georges Lapassade au Brésil.
         Dans son introduction, elle reprend des éléments de l’histoire de l’analyse institutionnelle au Brésil : « Ce livre fait partie de cette histoire. Il s’agit d’une manière de faire histoire, une histoire avec les historiens. Je m’explique. Il s’agit d’une histoire où les historiens s’impliquent dans son écriture. L’écriture, dans une perspective institutionnaliste, est une écriture autobiographique, d’après R. Hess (Delory-Momberger et Hess, 2001).  L’écriture comporte l’acte de la restitution d’une recherche. Nous sommes toujours chercheurs si nous sommes des désireux connaisseurs de la réalité. L’écriture parle directement de l’implication du chercheur dans la recherche et de son implication dans l’acte de l’écriture ».
          Elle ajoute : « Ce livre raconte une histoire où les historiens – chercheurs participent avec les autres acteurs, à une certaine production de vérités, multiples qui connaissent la transduction ».
          Elle précise : « Au Brésil, le terme analyse institutionnelle est souvent employé d’une façon générique, essayant de rendre compte d’un paradigme « institutionnaliste ». (…)
         
           « Pouvons-nous parler d’une analyse institutionnelle en dispersion au Brésil ? Si on prend en compte sa complexité historique, nous pouvons la comprendre dans ses mouvements « sur/vers un objet virtuel pour le construire et le réaliser. Ce serait une logique de l’objet possible et/ou impossible ».
(Lefebvre, 1969 : p. XXIII). Il ne s’agit pas de slogans, ni d’un Sujet, ni d’un Discours homogène. Dans ce sens, l’analyse institutionnelle au Brésil est une praxis. Elle est toujours en train de se faire,  transductivement, dans plusieurs moments (Lefebvre, 1962). Le moment ouvre une perspective du dépassement de l’histoire. En même temps, il donne une version positive de la transversalité. Un moment est la négation d’autres moments qui existent en même temps et peuvent donner une compréhension plus vaste des interférences dans un processus.

L’histoire de l’analyse institutionnelle nous autorise à parler des moments théoriques et pratiques. S’il y a des moments où l’on ne sent plus le poids du contrôle étatique, il y en a d’autres où les reliquats du système capitaliste sont plus présents et forgent poiétiquement dans la praxis des rassemblements. C’est là que se joue vraiment quelque chose pour inscrire l’analyse institutionnelle dans la minoritaire histoire. C’est là que se joue vraiment quelque chose pour affirmer la genèse sociale de la production de la connaissance.

 

Par  la suite, différents auteurs brésiliens nous proposent leurs terrains à la manière de Georges Lapassade.

 

Tout d’abord, dans un entretien, Lucia Ozorio interroge Georges Lapassade sur son rôle dans l’introduction de l’AI au Brésil. G. Lapassade raconte son parcours et ses souvenirs. Les deux personnes se trouvent confrontées à leurs implications différentes vis-à-vis de l’histoire du mouvement.

 

Sônia Maria Pellegrini de Azeredo y relate sa recherche-intervention et son expérience en tant qu’Enseignant Orientateur de Stage pour les Licences de Psychologie de l’Education. Elle analyse les demandes des élèves-futurs maîtres en Psychologie de l’Education, les comportements des stagiaires en classe, - participant le moins possible et faisant preuve de peu d’initiatives, alors que le stage est une occasion de participer et d’apporter des connaissances-, ainsi que les dispositifs de restitution que sont les rapports de stage.

Pourtant, « nous pensons qu’à partir du moment où le stagiaire commence son année en élaborant son projet, il est déjà en train de s’approprier de ce territoire dans le domaine social de l’institution éducative.

Elle essaie de voir ce qui contribue à l’immobilisme de tant de jeunes pendant leur formation et de réfléchir sur les mécanismes de reproduction qui se logent dans l’univers des institutions éducatives.

La recherche-action de Lucia Ozorio porte sur des Politiques Participatives de Santé, processus de construction collective de la santé au Parque Royal, communauté, -terme préféré à celui de favela -, située dans le quartier d’Ilha du Governador, à Rio de Janeiro,

Lucia Ozorio s’est efforcée de restituer la parole des habitants, de montrer leurs logiques de réflexivité, de conserver le vécu, et de prendre en compte l’historicité qui traverse leurs pratiques, afin d’avoir accès à la santé. 

Pour comprendre les luttes de la population dans la construction de ces politiques, il faut considérer « leur potentiel instituant, créateur face aux problèmes qu’elles doivent affronter, autant que les vicissitudes des médiations qui caractérisent leurs relations avec l’Etat, mais aussi avec d’autres acteurs, dévoilant, soit le caractère ambigu, soit le caractère institutionnalisé qu’elles adoptent en certaines conjonctures ».

« Sur le terrain, ces politiques participatives de santé se constituent comme un travail socianalytique de longue durée, en profondeur, proposant dans leur problématique la collectivisation de la santé. Leur contingence et leur immanence, qui les lient au terrain, sont des traces indispensables qui sont prises en compte. La santé à Rio a une histoire pleine d’autoritarismes qui insistent à considérer le savoir populaire comme mineur ». 

La communauté-processus se manifeste, alors, dans plusieurs moments (Lefebvre,1962).

« Plutôt que de se situer dans le contrepoint intervenir versus partager, nous préférions relever les interférences relatives à cette rencontre dans le domaine des propositions de l’éducation populaire et santé, contribuant ainsi à la compréhension de la santé qui processuellement se fonde dans l’histoire. L’acte éducatif y compris dans la santé explicite des contradictions. Les modes de faire santé auxquels les politiques participatives s’intéressent sont des expérimentations de vie d’une communauté qui vit la communauté. Celle-ci favorise le partage des expérimentations de vie, en commun…. »

 

La recherche-intervention de Marisa Lopes Da Rocha est centrée sur une école publique qui se trouve à côté d’une communauté pauvre de la ville de Rio de Janeiro,

Dans ce travail, l’équipe de travail est composée de chercheurs et de stagiaires rattachés au département de Psychologie Sociale et Institutionnelle et au Service de Psychologie Appliquée s’interroge « sur les facteurs prépondérants qui, à l’école, agissent sur la formation des élèves de classe populaire, car c’est l’organisation qui, dans notre société, actualise les institutions essentielles à la construction de la subjectivité. C’est dans le quotidien de l’école que l’équipe cherche à soulever les questions issues des conflits qui s’établissent entre la pratique de l’éducateur et la réalité des élèves, en ayant comme objectif la construction collective de projets de changement de la réalité ».

La recherche-intervention, menée dans des établissements d’enseignement scolaire, met l’accent sur les équipes qui s’occupent des élèves et des familles dans leur quotidien. Diverses questions se sont révélées être des impasses difficiles à surmonter : la question économique qui induit un important turn-over dans le système d’enseignement, la qualification professionnelle nécessaire à la diversification du travail avec une population toujours hétérogène ; les relations verticales qui engendrent, à l’intérieur de l’école, une forme de paternalisme qui aboutit à une désappropriation en chaîne des initiatives et des luttes du collectif ; la dure routine où le désir de connaître ne se traduit pas par l’intérêt d’apprendre - difficulté qui concerne non seulement les élèves, mais également les professeurs

« Modifier la réalité, créer de nouveaux projets qui puissent mobiliser les conflits qui existent dans les modèles, cela signifie ouvrir la voie à des changements significatifs dans les institutions actualisées, dans les pratiques éducationnelles, dans les critères qui justifient la norme scolaire ».

« Cette perspective implique la rupture avec la bureaucratisation, forme naturelle d’organisation qui prescrit le quotidien à travers l’actualisation de modèles, d’évaluations permanentes et de sanctions qui disposent-classent par séries et rectifient, mécanisant les sujets dans les habitudes »

« Analyser constamment le quotidien, c’est travailler à partir de pratiques comme sources productrices de connaissances »

« En ce qui concerne l’enseignement public brésilien, - qui subit de fréquents changements issus des bureaux, dans le but de surmonter les questions qui mènent au non-apprentissage- , le défi serait de rendre aux éducateurs des conditions d’analyse, d’évaluation et de propositions de différents chemins pour la vie scolaire, en articulant les mouvements les plus larges, afin d’améliorer les conditions d’enseignement, avec les mouvements singuliers qui révèlent le quotidien des relations scolaires. Cela ne signifie pas une individualisation des problèmes de l’éducation, mais, au contraire, une analyse des implications des questions les plus générales dans les actions de chacun des groupes liés à l’école ».

« C’est dans le quotidien de ce travail que nous cherchons à soulever les questions issues des conflits qui s’établissent entre la pratique de l’éducateur et la réalité des élèves, avec pour objectif la construction collective de projets de changement de la réalité ».

 

Alfredo Martín nous montre à travers des exemples comment l’Etat insconcient fait son chemin en nous.

Il évoque tout d’abord l’exclusion et les exclus ce génocide invisible et quotidien en train de se/nous consommer. « Ce processus de culpabilisation massive, par lequel (implicitement ou explicitement), on attribue la faute à la victime, aux porteurs des symptômes, est l’un des premiers mécanismes excluants de l’Etat inconscient, dont nous essaierons, dans cet article, d’analyser quelques dimensions de sa logique ».

« On attribue la causalité du phénomène à celui qui porte les symptômes et subit les conséquences de cette stigmatisation. C’est la logique de la terreur d’Etat, de l’Etat terroriste, la logique même des tortionnaires (si je te torture, c’est de ta faute, disaient les geôliers argentins), des bureaucrates (ce n’est pas de ma faute, je n’ai fait qu’obéir aux ordres), des complices (je ne savais rien, je n’ai rien vu) et des commanditaires (je ne regrette rien, je l’ai fait pour une cause supérieure) ».

 

Il décrit ensuite plusieurs interventions socianalytiques menées au Brésil et en France :

- une expérience de sociodrame institutionnel avec une trentaine de militants d’une importante section syndicale à Rio, secteur, durement éprouvé pendant des années de dictature,

- une deuxième expérience sur le même thème avec un groupe très hétérogène d’une vingtaine de professionnels de la santé, réunissant psychologues, assistantes sociales, psychanalystes, artistes, coordinateurs de groupes de formation, journalistes, éducateurs, etc. Beaucoup d’entre eux avaient une large expérience de travail dans ce domaine, ayant été confrontés aux graves problèmes de la santé publique brésilienne et voulant y répondre par la création de structures coopératives populaires autogérées.

- un premier séminaire intensif d’initiation à l’économie solidaire et à l’autogestion, organisé par un des sept centres de formation syndicale au Brésil

- la proposition à l’université à l’extrême sud du Brésil d’une conférence sur l’analyse des implications du chercheur dans sa recherche, dans le cadre d’un séminaire intensif sur les méthodologies qualitatives, en tenant compte de la presque totale ignorance des travaux institutionnalistes sur ces thèmes

- son travail « comme psychologue en France avec des survivants des camps de concentration bosniaques, asiatiques, espagnols, etc., avec des rescapés de la torture au Kurdistan, des familles de disparus latino-américains ou avec des jeunes « difficiles » des banlieues ou chômeurs de longue durée et comme socianalyste avec des communautés, des bidonvilles, des Indiens, des ouvriers et paysans, des syndicats, etc. au Brésil et en Uruguay, j’ai été confronté, pendant plus de quinze années, au quotidien avec cette perte des droits, cette invisibilité sociale des victimes et cette impunité des responsables qui dénoncent les génocides ».

« On est poussé en permanence à se laisser prendre par les mécanismes de cette gigantesque machine-à–exclure de l’Etat inconscient et à devenir dans ces Temps Modernes, les charlots de la Pensée Unique, infimes et indispensables gouttes d’huile, dont les engrenages néolibéraux ont besoin pour répéter sans fin la cadence infernale des génocides à la chaîne ».

Il s’interroge : « C’est ici que d’autres processus peuvent voir la lumière. Dire non à l’engrenage, faire le geste inattendu qui ouvre un chemin de traverse, questionner sans cesse notre action, notre implication : ce que je fais là, avec telle ou telle personne ou groupe ou mouvement, est-ce une goutte d’huile ou un grain de sable dans la machine ? »

 

La recherche de Jacyara Carrijo Rochael-Nasciutti concerne le coopérativisme. En effet, « la prolifération de coopératives au Brésil ces 10 dernières années, se présentant comme une solution alternative au chômage récent et aux changements dans le système de production économique, éveille des questionnements et suscite des études dans les différents domaines du savoir scientifique concernés par ce thème, notamment dans l’économie et l’administration. (…) Cependant, peu d’études ont été effectuées dans le sens de réfléchir à la re-signification du lieu du sujet social dans la structure coopérativiste. Celle-ci s’oriente vers le redimensionnement du sens subjectif du travail et vers des relations sociales, institutionnelles, dont la notion de travail diffère de celles des structures cristallisées du modèle traditionnel des entreprises ».

Elle porte son intérêt « prioritairement sur l’étude des coopératives populaires, en raison de l’importance grandissante qu’elles occupent dans le contexte socio-politique actuel du Brésil qui se reflète dans leur augmentation expressive et quantitative. Le rapport de conformité de leurs objectifs primordiaux avec la doctrine fondatrice du coopérativisme nous intéresse également. Les contradictions et conflits entre l’application de la doctrine coopérativiste et la tendance actuelle d’incorporation des coopératives au modèle de mondialisation économique se répercutent de manière incisive dans leur dynamique fonctionnelle et se diffusent chez leurs adhérents au niveau personnel. C’est à travers les coopératives que nous pourrons appréhender, de façon plus nette, les aspects psychosociaux attachés à leurs objectifs facilitateurs de l’exercice de la citoyenneté. Nous tenons aussi compte du pouvoir croissant des acteurs sociaux ».

Le biais institutionnel lui a semblé adéquat à l’étude des coopératives populaires. « La relation individuelle avec l’institution s’enracine dans l’identité sociale, culturelle et politique, qui se « produit » dans la pratique quotidienne avec la mobilisation d’investissements et de représentations chez les acteurs sociaux qui peuvent ainsi s’identifier à la société en général ».

« La doctrine coopérativiste ne se restreint pas à une forme d’organisation des relations de travail. Il ne semble pas que cette doctrine ait été engendrée pour servir ou obéir aux divers régimes politico-économiques auxquels elle s’insère, même si l’on essaie de l’adapter. Elle peut donc exister dans n’importe quel régime. Mais, elle apporte dans son essence un point conceptuel qui rompt avec l’individualisme, avec la hiérarchie du pouvoir. Cette doctrine pose comme postulat des formes alternatives de sociabilité qui existent à un niveau micro-politique ».

 

Sônia Altoé : « Tout en retraçant les chemins que j’ai parcourus pendant la construction de mes choix professionnels et en analysant la manière dont je m’y suis impliquée, j’envisage d’aborder quelques caractéristiques qui approchent et distinguent l’analyse institutionnelle de la psychothérapie institutionnelle – la première agissant plutôt dans la sphère éducationnelle,  bien qu’elle ne soit pas spécifique de ce domaine et permette une action plus diversifiée, et la seconde agissant dans le domaine de la santé mentale.

Son parcours en analyse institutionnelle croise le  mouvement français.

Elle nous expose ses expériences en tant que psychologue dans des internats-prisons situés dans la périphérie de Rio de Janeiro, ainsi qu’à l’intérieur de l’Etat. Cela concernait une population de deux mille enfants de tranches d’âge différentes, allant des nouveaux-nés aux adolescents de 18 ans. Dans ces établissements, « deux questions surgissaient simultanément : celle de l’éducation et celle de la santé que l’institution se devait de promouvoir ».

« Face à la demande de promouvoir « un changement de mentalité » chez les fonctionnaires qui travaillaient directement avec les enfants internes – de manière à ce que ceux-ci deviennent « des  éducateurs » au lieu de simples surveillants, responsables de l’ordre et de la discipline – et étant donné mon intention de rendre la prestation de service institutionnelle plus adéquate aux nouveaux questionnements qui apparaissaient, j’ai proposé un travail fondé sur l’analyse institutionnelle, et ce sans pour autant cesser de répondre aux demandes d’appui psychologique de l’enfant interne et sans cesser d’offrir aux professeurs de l’orientation en développement infantile ou sur d’autres thèmes sollicités par eux ».

Elle relate son intervention la plus difficile dans l’école Santos Dumont, à Ilha do Governador, qui abritait des jeunes filles considérées comme « délinquantes », puis analyse son travail dans un ensemble d’établissements éparpillés dans la ville de Rio de Janeiro, à l’intérieur de l’Etat, ayant un fonctionnement semblable à celui d’une institution totale, ségréguant des enfants et adolescents, les séparant de leurs familles, leur offrant un logement, de la nourriture et une école formelle de mauvaise qualité, créant d’innombrables problèmes d’ordre émotionnel, social et éducationnel.

 

 

Heliana de Barros Conde Rodrigues présente sa contribution de la manière suivante : « Cet article fait partie d’un petit ensemble d’études à partir desquelles j’ai essayé de reconstruire les liens entre la genèse théorique et la genèse sociale des concepts de l’Analyse Institutionnelle (…)

Ici, nous parlerons surtout de la deuxième moitié des années 1970, où commence (ou du moins quand devient plus évident) ce que l’on a coutume de désigner comme « fin du Welfare State », « économie post-fordienne », « globalisation neo-libérale » et autres expressions analogues. Nous donnerons la priorité à des processus et des événements en France, ce qui ne signifie pas que la dispersion dont nous parlerons s’interrompra aux frontières de ce pays : la genèse sociale abordée implique un kaléidoscope mondialisé (…)

Cette période a une importance spéciale pour notre présent : l’intellectualité d’alors entreprend une sorte de bilan dont nous sommes encore tributaires, aussi bien en raison de ses échecs et abandons que de son éventuelle puissance ».

Cette étude croise l’histoire de l’AI  au paragraphe « L’Analyse Institutionnelle à l’Université: capitulation ou résistance ? » et revisite notre histoire d’une manière bien différente de celle abordée dans nos livres d’histoire.

 

Lucia Ozorio dans son introduction nous dit : « Je m’intéresse à ce que Edson amène, une sorte de rencontre entre le désir et la praxis. Comme il le dit, cela n’implique pas une réduction des désirs et de l’imagination ».  


           Le texte d’Edson Luiz André de Sousa porte sur le concept d'utopie. Il montre la fonction critique de celui-ci dans l'histoire de la culture. Il essaie d'apporter des éléments d'analyse qui nous aident à comprendre pourquoi l'utopie est entrée en déclin dans notre contemporanéité. A partir de l’œuvre de quelques artistes (Evgen Bavcar et Christo) et surtout à partir d'une réflexion sur l'expérience de création, il démontre que tout acte de création est un acte utopique.

 

Edson Luiz André de Sousa s’interroge : « Un jour, j’ai entendu une personne qui disait la phrase suivante : « Ce qui sépare la fiction de la réalité, c’est un simple geste ». Comment donc un geste, un mouvement qui, à la limite, est celui du désir, peut-il avoir ce pouvoir transformateur de la réalité ? »

Pour lui, « Expérience et utopie nous renvoient directement au désir.

Mais comment faire pour être un peu plus en phase avec ce que nous désirons, et ce aussi bien au niveau individuel que collectif ? »

Pourquoi l’Utopie est-elle si discréditée de nos jours ? Pourquoi le fait de parler d’utopie est-il une manière de déqualifier l’expérience de la réflexion ?

            Nous pouvons penser l’utopie comme l’introduction d’un étranger, qui nous permet de jeter un autre regard sur le paysage que nous avons devant nos yeux. L’utopie vient donc s’opposer à la tendance à la répétition. Il prend l’exemple d’Evgen Bavcar, photographe aveugle.

            « Les utopies fonctionnent donc comme des ancres symboliques. Créer implique instaurer une existence. Toute création s’inscrivant dans la culture comme œuvre de l’esprit cherche à fonder une façon de regarder et une forme singulière de partager une expérience ».

              Il associe l’utopie au droit de rêver.

             Il s’attaque aux fausses utopies qui ont engendré des dogmatismes et des dictatures dominatrices. « Notre temps a créé un nouveau type d’anesthésie des sens par excès de stimuli et, plus que cela, par l’impératif qui impose une consommation à tout prix ». « Nous vivons une profonde confusion entre l’ordre du singulier et l’ordre de l’individuel ».

            « Il est de plus en plus nécessaire d’avoir une utopie qui remplisse la fonction de réveil et qui puisse combattre les multiples visages de la violence à laquelle nous nous confrontons : la violence du dogmatisme, la violence de l’hégémonie des formes du sens commun qui empêchent l’apparition du nouveau, en anesthésiant les singularités, la violence des discussions politiques vides d’attitudes ».


 

            Cette fiche de lecture abordant succinctement les contributions de chaque auteur ne rend pas compte de la richesse de chaque texte, qui à chaque fois, nous ouvre les yeux sur une réalité différente.

 

              Bernadette Bellagnech
http://lesanalyseurs.over-blog.org/

Publié in Les IrrAIductibles n°10

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires